Cargando.. por favor espere...

Décès du Père Vincenzo Cosenza, C.R.

By Pascual

Nov 23 2020

Actualité

SHARE THIS VIA:
Facebook

Twitter

Pinterest

Alors qu’en ce dimanche, dans nos communautés et dans nos temples, la royauté triomphante et éternelle de Notre Seigneur Jésus-Christ est acclamée, les larmes remplissent nos cœurs de théâtins parce que notre cher frère, le P. Vincenzo Cosenza, est parti pour la Maison du Père céleste, CR

Depuis quelque temps – nous avons reçu la communication officielle le 5 novembre 2020 – le Père Vincenzo a été hospitalisé, avec un tableau clinique complexe. Le facteur déterminant et déclenchant de cette condition avait été, fondamentalement, le COVID-19, ainsi que d’autres pathologies sous-jacentes.

Vraiment, la nouvelle de sa mort nous parvient comme ce voleur dans la nuit que nous souhaitons ne jamais trouver. Nous savons que notre frère de théâtins a une valise pleine de foi, d’espérance et de charité, et la lampe des bonnes œuvres avec assez d’huile pour entrer dans le thalamus du Seigneur de la vie et de l’histoire. Nous avons confiance que, dans la miséricorde infinie de notre bon Dieu, qu’il en soit ainsi.


Père Vincenzo [Paolo Maria] Cosenza, C.R.
(26.01.1940 – 22.11.2020)

Le père Vincenzo – qui dans sa profession religieuse théâtin avait ajouté les noms de Paolo Maria – est né à Caloveto, province de Cosenza, en Magna Calabria, une région du sud de l’Italie, le 26 janvier 1940.

Il a fait sa première profession religieuse théâtin le 14 septembre 1960 et a reçu l’ordination sacerdotale le 16 octobre 1968.

Frère bien-aimé, doté d’une humanité inébranlable et d’une formidable grandeur d’esprit, il a su conjuguer dans sa vie la capacité de leadership communautaire, la sensibilité littéraire et la charité pastorale. Formé à l’Université pontificale grégorienne et à la Libera Università Maria Ssma. Assunta, tous deux à Rome, a cultivé la théologie et la pédagogie avec un esprit fougueux, toujours prêt à toucher le cœur et à éveiller le sens de la foi – qui pourrait se prolonger comme une réflexion vocationnelle, à la fois chrétienne et religieuse – en celui qu’il rencontrait sur son chemin. Il savait aussi comment assumer la tâche missionnaire, restant quatre ans en Hollande.

Divers textes qui peuplent l’univers de l’édition théâtins ont été extraits de sa plume, tels que Io, Gaetano Thiene, prete, Vincenza, ISG, 1992; Lancillotto Avellino, Cinisiello Balsamo (MI), San Paolo, 2006; I nostri voli mancati, Rossano, Grafosud, 2012, et Diario di un viandante, Roma, Mancini, 2018.